UA-57511743-1

POUR UNE TRANSITION RÉUSSIE ENTRE LA MAISON ET LE SERVICE DE GARDE

Les arrivées et les départs sont des moments importants de la journée. Ces transitions sont quelquefois difficiles : le matin c'est surtout l'obligation de se séparer du parent qui peut rendre le tout-petit anxieux, le soir la frustration d'interrompre une activité qu'il est en train de faire, de laisser ses amis, de ne pas avoir le goût de se rhabiller (surtout l'hiver !) ou tout simplement à cause de la fatigue. L'enfant qui éprouve ces difficultés est très peu conscient de ce qui le rend inconfortable; de leur côté les parents peuvent se sentir démunis. Voici quelques trucs pour mieux vivre ces moments délicats.

 

Aidez votre enfant à mieux vivre la transition de la maison au milieu de garde...

  • Parlez toujours à l'avance des changements qui s'en viennent et aidez l'enfant à repérer ces événements dans le temps à l'aide d'un calendrier dont vous colorez les carreaux (ou autre repère visuel) chaque jour. " Dans 3 dodos je vais venir te chercher plus tôt pour ta visite au dentiste. Quand l'enfant sait ce qui va se passer cela est plus facile pour lui d'accepter la situation.                     
  • Si c'est la première fois que votre enfant fréquente le milieu de garde, visitez les installations ensemble, parlez-lui des nouveaux jouets, des activités et des personnes qu'il va côtoyer. Si c’est possible, acclimatez votre enfant dans le nouveau milieu de garde en le laissant au début pour de courtes périodes de temps. Ainsi, votre enfant s'habituera à la responsable du service de garde, à l’environnement et s'habituera à vous voir partir et revenir. Calculez qu’il faut environ 4 semaines pour une adaptation superficielle et jusqu'à 3 mois pour une adaptation plus complète.
  • Les émotions du parent se communiquent à celles de l'enfant. Il est donc important que vous soyez à l'aise avec le fait de faire garder votre enfant et que vous acceptiez vous-même cette situation. Bien sûr il est tout à fait normal au début d'éprouver un sentiment de culpabilité, de tristesse ou d'anxiété. Échanger avec d'autres parents qui ont traversé cette phase peut être d'une grande aide.
  • Ne vous éclipsez pas pendant que l’enfant a le dos tourné, cela pourrait créer de l’anxiété.  Mais ne vous éternisez pas non plus! L’idéal est d’instituer un rituel (toujours les mêmes gestes dans le même ordre), de l’illustrer sur un carton à l’aide d’images ou de photos et de vous y tenir. Quand vient le temps de partir, il se peut que l’enfant pleure. Faites confiance à la responsable de services de garde pour consoler votre enfant et diriger son attention vers un jeu qui l’intéresse.
  • Des objets facilitant la transition peuvent aussi contribuer à rassurer votre enfant. laissez à l'enfant "un peu de vous" c'est-à-dire un objet qui vous appartient pour se relier symboliquement à vous durant la journée. Une photo de vous, votre foulard qui sent votre parfum ou tout autre objet personnel pourra dénouer l'impasse. Expliquez à l'enfant que lorsqu'il s'ennuie de vous il pourra toucher et regarder l'objet et ce sera " comme si " vous étiez ensemble.

… et du milieu de garde à la maison

  • Avant de demander à votre enfant de s'habiller pour le départ, prenez un moment pour reprendre contact avec lui en lui parlant de sa journée, en prenant le temps de regarder les bricolages qu'il a fait ou en lui manifestant que vous êtes contents de le retrouver. Donnez-lui 1 ou 2 minutes (mais pas trop) pour terminer le jeu ou le casse-tête qu'il était en train de faire à votre arrivée et faire la transition.
  • Illustrez les étapes du départ à l'aide de photos ou de pictogrammes que vous aurez collé sur un carton ou un petit album que vous pouvez montrer à l'enfant comme repère visuel. Il faut d'abord ranger le jeu, mettre le manteau, dire au-revoir à l'éducatrice puis aller en voiture.
  • La fin de la journée est toujours un moment où les enfants sont plus fatigués et irritables : ils ont faim, ont besoin de calme et de repos. Ce n'est donc pas le moment idéal pour être exigeant envers eux. Lorsque vous sentez votre enfant fatigué, vous pouvez l'aider à ranger ses jouets ou à s'habiller même si vous savez qu'il est capable de le faire seul. Reconnaissez aussi ses frustrations en disant par exemple " C'est difficile d'attendre quand on a faim ". Parlez- lui de ce qu'il fera d'intéressant en arrivant chez lui ou du repas du souper. L'anticipation de choses agréables à venir est toujours facilitante.