UA-57511743-1

DÉVELOPPER L'AUTO-CONTRÔLE CHEZ L'ENFANT

 

L’auto-contrôle est la capacité à maîtriser son impulsivité, que ce soit au niveau corporel (par exemple inhiber l’action de frapper) ou émotionnel (parler de  sa colère plutôt que de la laisser exploser). La colère est une des émotions les plus intenses et les plus difficiles à maitriser chez un individu. Elle entraine des réactions intenses : le cœur qui s’accélère, les poings qui se serrent, le goût de crier à tue-tête, de frapper, de donner des coups de pieds, etc.

 

Contrôler ses gestes et ses émotions implique une habileté appelée l’autocontrôle. L’une des raisons principales, qui explique pourquoi un enfant de 4 ans a plus de facilité à se maîtriser qu’un enfant de 2 ou 3 ans, est que le cortex frontal est plus développé chez le premier. Le cortex frontal gère les réactions aux émotions fortes, y comprit les réactions agressives.

 

Il faut être conscient que cette habileté est très complexe et que l’acquérir est un processus qui demande plusieurs années. Vous aurez parfois l’impression de répéter les mêmes consignes à longueur de semaine!  C’est normal : il faut d’innombrables pratiques et répétitions à l’enfant pour assimiler ces habiletés.  L’adulte s’occupant de l’enfant doit naturellement faire preuve lui-même d’auto-contrôle dans les situations frustrantes ou difficiles car les enfants ont tendance à copier les réactions qu’ils observent.

 

Étapes de développement de l'autocontrôle

 

 1. Capacité d'attendre (vers 1 an): Quand l’adulte répond aux besoins de base du poupon à travers des routines stables, le tout-petit anticipe les événements et, sachant que son besoin sera comblé, il est capable d’attendre.  Par contre, l’enfant dont les besoins de base sont peu comblés ou de manière aléatoire aura du mal à attendre, car cette attente indéfinie risque de créer de l’anxiété.  Il risque ainsi de développer une faible tolérance à l’attente.

Pour pratiquer l’habileté :

● Chaque jour il y a des moments où l’enfant doit attendre son tour, comme pour se laver les mains, aller à la toilette, attendre d’avoir un jeu, etc. Concrétisez le temps d’attente à l’aide d’une horloge visuelle (« time timer » ou le temps d’attente est représenté par une section en rouge), d’un sablier ou d’un minuteur. Ce dernier est cependant moins intéressant avec les tout-petits qui ne peuvent lire l’heure ou les minutes et par conséquent, anticiper le temps d’attente restant.  On peut aussi montrer à l’enfant un pictogramme représentant l’action d’attendre.

 

2. Capacité à identifier et tolérer la frustration (2 -3 ans ) : Vers deux ans l’enfant apprend à s’affirmer mais il doit aussi apprendre qu’il y a des limites.  L’enfant doit expérimenter ce qu’est la frustration pour apprendre à la gérer.  Si on cède à tous ses désirs il n’apprend pas cette habileté et risque de devenir un enfant-roi exigeant qui laisse libre cours à sa colère. 

Pour pratiquer l’habileté :

● On peut aider l’enfant à comprendre ce qu’est la colère en la comparant à un volcan. Montrer deux images : celle d’un volcan qui « dort » et une autre d’un volcan en éruption. Faire constater que le volcan en colère fait beaucoup de dégâts. Faire ensuite le parallèle avec la colère.

Est-ce que ça t’arrive d’être fâché? As-tu remarqué que la colère qui monte ressemble à un volcan? Montrer une image d’un enfant en colère et celle du volcan à côté. Par exemple, si je te dis que la période de jeu est terminée et qu’il faut le ranger et que toi tu n’as pas envie… il se peut que tu sentes le volcan de la colère qui monte en toi…

● Quand il vous demande quelque chose, ne le lui accordez pas toujours sur-le-champ. On peut pratiquer la tolérance à la frustration en augmentant graduellement le temps d’attente à 1 minute, 2 minutes, 3 minutes, 5 minutes. Dites à l’enfant qu’il est important d’apprendre à patienter un peu. Encore une fois utilisez un sablier ou autre élément visuel pour l’aider à « voir » le temps qu’il doit attendre.

● Le jeu de « Statut  ».  Les enfants dansent sur une musique entrainante et quand la musique s’arrête et qu’on dit « statut », ils doivent s’immobiliser dans la posture où ils se trouvent et garder cette position jusqu’à la reprise de la musique. 

● Toujours valoriser et féliciter l’auto-contrôle.  Les renforcements positifs sur le comportement approprié sont toujours plus efficaces que les renforcements négatifs sur l’action indésirable.

 

3. Capacité à se calmer (4 ans et +) : Quand l’adulte maintient son refus mais montre à l’enfant comment gérer sa frustration, l’enfant apprend petit à petit à inhiber une action, par exemple contrôler son bras pour ne pas frapper ou se calmer malgré une forte contrariété. Il faut donc outiller l’enfant sur le « comment ».  Comment calmer le volcan qui monte?

● Pour pratiquer l’habileté : Faire le stop-respire.  Le « stop-respire" est un truc formidable pour maîtriser le volcan de la colère ou augmenter l’auto-contrôle. Voici comment cela fonctionne. Dire à l’enfant : « Si quelque chose t’énerves et que tu commences à te mettre en colère, il faut :

1.   S’arrêter (image du stop) on met la main devant soi

2.   Remplir son ventre d’air (image de la petite fille qui respire la fleur) comme lorsqu’on sent une fleur — faire entrer l’air en respirant la fleur jusqu’à ce que le ventre soit bien plein

3.      Puis vider son ventre — (expirer en soufflant une balloune lentement) »

 

Pratiquez cet exercice avec l’enfant avant une situation de colère et illustrez les étapes pour qu’il puisse s’y référer le moment venu. Et, bien entendu, renforcez toujours positivement les efforts et les succès de l’enfant!

● Le livre « Grosse colère » propose d’enfermer la colère dans une boite ou un tiroir.

D’Alancé, Mireille - Grosse colère, Éditions L’École des Loisirs, 2001

 

● Voici un jeu qui peut se faire avec des enfants plus vieux de 5 ans et plus, et qui demande beaucoup de maitrise de soi!  Il s’agit de jouer à faire une action au ralenti, en particulier des actions qui sont habituellement rapides ou que l’enfant fait de manière impulsive.  On court au ralenti, on  range les jouets au ralenti ou encore, si vous avez deux enfants qui ont tendance à se bagarrer vous proposez de jouer à faire semblant de se bagarrer au ralenti, sans aucun contacts. C’est une manière originale – et assez difficile! - de pratiquer l’auto-contrôle!

 

 

Pour apprendre d’autres trucs sur les habiletés sociales, procurez-vous la formation à distance de Joe-Ann Benoit « Apprendre la socialisation par le jeu » (voir onglet « Formations à distance »)